Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La situation est vraiment inquiétante voire dramatique. Le gouvernement, toujours en manque d’idée et spécialisé dans les prises de décisions impopulaires a décidé que la rentrée scolaire sera effectuée cette année le 15 septembre alors que les salles de classes sont encore dans l’eau. Les inondations qui ont  secoué N’Djamena et les autres régions par manque de canaux de drainage  ont englouti certains bâtiments scolaires. Plusieurs établissements étaient simplement inaccessibles. L´argument avancé selon lequel, il faut finir le programme scolaire à temps n´est qu´une raison pour masquer les réels entorses au système éducatif tchadien. 
 

La difficulté majeure de cette rentrée est que les parents n’ont pas les moyens pour inscrire leurs enfants du fait des arriérés de salaires de plus de trois mois. Pas de scolarité ! Pas de fournitures ! Donc pas de cours! Et ce n’est pas d’ici octobre, soit 15 jours après que la situation sera miraculeusement trouvée. On est dans l’impasse en ce sens que la rentrée de cette année est bien hypothétique!

 

Les enseignants de l’université, quant à  eux, entament leur 7e mois de grève et disent être également solidaire avec les maitres communautaires qui totalisent plus de 20 mois d’arriérés de salaires. Ces derniers ne sont pas pour reprendre les cours demain ! La descente dans aux enfers est amorcée!

 

La situation évolue de mal en pire. Mal inspiré, le gouvernement vient de supprimer la bourse des étudiants de l’intérieur du pays. Raison avancées : « l’octroi de la bourse mensuelle de 30.000 FCFA par étudiant bénéficiaire n’a pas lieu d’être puisque les étudiants bénéficient des bus pour se rendre dans les facultés et ont aussi la restauration qui est prise en charge », a confié le professeur Mackay Hassan Taîsso, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation.

Pas de Bourse, pas de Deby !

 

C´est le slogan, non, le cri de révolte des étudiants. 26 ans de détournement, de pillage, de gaspillage, de mal gouvernance, de torture… et comme mesure contre l’austérité, le gouvernement, lâchement supprime la bourse des étudiants. Par cet acte irréfléchi, le régime de Deby vient de manger son totem. Et si on rapatrie les 136 milliards de FCFA  que Salaye Deby, frère du président a volé au vu et su de tous, avant de prendre des décisions idiotes?

 

Masbé NDENGAR
Tag(s) : #Tchad, #étudiants, #inondation, #grève, #salaire
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :