Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Succès Masra: Un  jeune homme de 35 ans  qui fait peur à papy de 67 ans

Son discours unificateur auquel adhèrent  unanimement musulmans et chrétiens, fait de lui l’homme providentiel du peuple tchadien désespéré. Une percée que combat le régime trentenaire de N’Djamena, en panne d’idées.

 
A 35 ans, Succès Masra s’essaye en politique, un terrain longtemps réservé aux pépés. Il crée le mouvement des Transformateurs, dont l’officialisation en parti politique est sujette à polémique, car les autorités auraient refusé de lui attribuer cette reconnaissance. De quoi ont-elles peur ? La peur on le sait, le régime de Deby l’a dans ses veines. Le prouvant, il plafonne l’âge de candidature présidentielle à 45 ans. Alors que lui-même est arrivé à la magistrature suprême à 38 ans. Vouloir refuser à la trentaine Masra Succès, la reconnaissance officielle à la veille des élections législatives est énigmatique. Son message n’est pas alarmiste et c’est en cela qu’il suscite autant d’espoir. Une bonne partie de la jeunesse tchadienne se retrouve dans son projet de société. Elle se sent interpeller et inviter à un avenir radieux, non misérabiliste de ce pays. Il n’indexe personne. Il n’accuse personne. Son seul ennemi : c’est l’injustice. Avec la jeunesse, il livre une bataille sans merci contre ce fléau qui ronge tous les Tchadiens. Dans un discours franc et direct, l’économiste se montre déterminant pour la cause nationale. « Pour le Tchad, on marchera sur notre corps parce que nous ne pouvons plus reculer », réitère-t-il sa détermination, devant un parterre de militants le 1er juin 2019. Fougueux et avec le zèle d’un jeune qui aspire au changement transformateur de son pays, il ne cache pas sa conviction. Touché par gaz lacrymogène de la police lors de la parade du 1er juin dernier, il fait comprendre à ses adversaires que rien n’entravera sa marche pour la transformation du Tchad. 


Prêt  au sacrifice suprême


Il est prêt au sacrifice suprême.  Morceau choisi : « nous sommes touchés, touchés physiquement mais ma détermination a été multipliée par mille. Autant je serai vivant, jamais je ne reculerai ». Par son franc-parler et la force des arguments, il mobilise la foule. La mobilisation de juin laisse voir que le Transformateur est l’homme du peuple. Rare des partis politiques qui sont en mesure, de nos jours, de rassembler autant des Tchadiens dans leur diversité ethnique et religieuse. Jeune, la jeunesse s’identifie à lui et adhère petit à petit à ses idéaux. La peur qu’éprouve le pouvoir tchadien trouve certainement ces origines-là, car en toute vérité, quiconque a la jeunesse tchadienne avec lui, a le pouvoir. L’homme de la BAD présage donc un bad avenir pour le régime MPS qui ne cache pas son désir de s’éterniser au Palais Rose.

Mais il ne faut pas se leurrer, les Transformateurs doivent faire un travail de fond dans le Tchad profond. Il serait fatal s’ils versent dans une autosatisfaction d’avoir conquis N’Djamena et susciter l’engouement sur l’Internet. Quoi qu’on dise, ce mouvement est nouveau et l’homme est toujours friand de toute nouveauté. La pourriture attire les mouches et la nouveauté attire les hommes. Le chemin d’un Tchad nouveau reste encore long, très long.  


Masbé Ndengar

Tag(s) : #Succès Masra, #Idriss Deby, #Tchad, #Politique, #Transformateurs, #jeunesse, #Jeune, #Peur
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :