Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tchad: Analyse sur le léger remaniement

Ceci est une analyse  de Mahamat Taha sur le remaniement ministeriel intervenu le 11 août 2019.

Comme à chaque fois, les fonctionnaires nommés par Décret ont la boule au ventre, quand s'annonce la lecture des décrets aux journaux télévisés. 

La descente inopinée du Président de la République à l'hôpital général de référence national comme il est de coutume depuis le début de ce quinquennat, a laissée présager que des têtes tomberont sinon, un remaniement. 

Voilà qui est chose faite hier soir. L'on a assisté au départ de M. Aziz Mahamat Saleh. Celui-ci a été remplacé par le Pr. Mahamoud Youssouf Khayal. Le ministre sortant a été de l'avis du public, l'un des plus brillant membre du gouvernement. En dehors de la loi portant couverture sanitaire universelle qu'il faut mettre à son actif, il a travaillé d'arrache-pied pour redresser le département de la santé, un département '' des bouchers '' dira un internaute. 

Le départ de Ahmat Mahamat Bâchir  serait motivée par la préparation des législatives qui se profilent à l'horizon. Compte tenu des blocages politiques sur l'organisation de ces élections, le Président semble t-il voudrait avoir ses lieutenants à ses côtés, probablement pour épauler le Secrétaire général du MPS, Mahamat Zene Bada. Il faut se rappeler que M. Bâchir a eu servir en tant que Président de la CENI. 

Une femme fait son entrée au gouvernement en la personne de Chamssalhouda. Elle hérite du département de la Formation professionnelle et des Petits métiers. Cette dame est une grande militante du MPS dans la province du Ouaddai. Son entrée au gouvernement peut paraître comme une récompense pour ses multiples efforts en faveur du parti.

Il faut également enregistré le départ de Kalzeube Pahimi Debeut de son poste de Ministre Secrétaire Général de la présidence. Ce département perd de même coup, son titre de ministère. Il faut souligner que l'existence de ce ministère a fait complètement disparaître Kascou des radars politiques alors qu'on pensait qu'avec la disparition de la primature, il devait assurer.

Mahamat Taha 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :