Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tchad : un journaliste interrogé  pendant 24h par l’ANS pour un lapsus

Pour un rarissime cas, c’en est un. La journée a été particulièrement bouleversante pour le reporter et présentateur de la Radio Tchad ce 27 mai 2016. Selon Wakili blog, Diendjimte Djimassal a été interrogé toute la matinée par l’Agence nationale de sécurité(ANS), police politique de Deby pour avoir commis un lapsus. Nous sommes dans un pays où l’erreur n’est pas humaine mais un péché mortel. Une pratique digne dans des Etats hautement dictatoriaux. Ça se passe au Tchad !

Par inadvertance, le journaliste de la radio Tchad, Diendjimte Djimassal a prononcé le nom de l’ancien président Tchadien, Hissène Habré en lieu et place de Idriss Deby Itno. Cela a plongé l’Agence nationale de sécurité(ANS), la police politique de Deby dans tous ses états. Tous les médias de l’ Etat et tout propos sont contrôlés par cette police. Ça ne pourrait être autrement pour un Etat où la liberté d’expression s’est évanouie il y a des millénaires. Le journaliste connaissant plus ou moins son sort termine son journal par mille excuses : « mes excuses, milles fois mes excuses, encore mes excuses pour les imperfections constatés au cours de ce journal », a rapporté Wakili_ blog. Des éxcuses qui n’auront servir à rien car à sa descente il sera arrêté par l’ANS et interrogé, selon Wakili blog, pendant toute la journée en présence du directeur de la Radio.

Nous sommes dans un pays où l’erreur n’est jamais humaine ; où on ne pardonne pas les erreurs commises. Mais quand Deby méconnait ou se trompe ou confond le nom de son premier ministre à un autre, là, c’est normal. Pour lui c’est une erreur, un lapsus mais pour les autres c’est un péché mortel. Ne vous trompez pas, nous sommes au Tchad !

Tag(s) : #tchad, #journaliste, #ANS, #liberté d'expression
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :