Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TCHAD : L’OPPOSITION VEUT-ELLE RÉELLEMENT L’ALTERNANCE ?

Comme dans bien d’autres pays du monde, le multipartisme est une réalité également au Tchad. La pléthore des candidats aux élections du 10 avril 2016 le corrobore bien. Tant que cela relève du jeu démocratique alors pas d’inconvénient majeur à soulever en la matière. Cela fait également 26 ans que l’opposition se bat vainement pour conquérir le pouvoir d’État. Idriss Deby est à son 5e mandat en toute violation de la constitution dont tous les verrous limitant le nombre de mandat présidentiel ont été sautés en toute impunité. Il transforme du coup la République en une monarchie. A quoi bon dans une pareille circonstance d’organiser les élections ? Absolument rien. La sagesse aurait voulu donc préféré la politique du fauteuil vide. Lorsqu’on décide de participer aux élections en dépit de tout, cela nécessite de stratagèmes et de vraies stratégies pour espérer détrôné un candidat obséder par le pouvoir comme Deby. Mais que nenni !

Combattre en rang dispersé, c’est bel et bien la stratégie adoptée par l’opposition tchadienne. Mauvais casting ! Dans une telle situation, dont l’ennemi est commun et connu, c’est-à-dire Idriss Deby la théorie de « rang dispersé » n’est pas conseillé. L’opposition, tout comme Deby est assoiffée du pouvoir. Quid de Saleh Kebzabo, de Yorongar ou autre a accepté l’alternance au sein de son parti ? Aucun ! Toute voix discordante en la matière est exclue du parti avec comme parole magique : « si tu ne veux pas alors va créer ton parti ». La vérité est que la jeunesse tchadienne, voire le peuple tchadien ne croit plus en leurs leaders politiques qui se sont discrédités au fil des ans.

Saleh Kebzabo a soupé avec le diable…

Kebzabo a soupé avec le diable pour avoir été son Premier Ministre. Il serait irréfléchi, incohérent voire bête de la part du peuple tchadien de mettre à la tête du pays quelqu’un qui a à plusieurs reprises diner avec le diable. Lorsqu’on accepte de se mettre à la table du diable ou accepter être à la table du diable, quelle qu’en soit la longueur de sa fourchette, on est aussi diable.

Chacun préfère affronter seul Deby avec toutes les probabilités d’un échec cuisant.

Au-delà de ce problème combien important s’ajoute celui de l’unité de l’opposition. Environ 22 partis politiques de l’opposition qui sont en lice pour les élections du 10 avril 2016. Et si tous ces partis s’unissent contre la candidature de Deby ? Ils obtiendront certainement gain de cause. Mais chacun préfère affronter seul Deby avec toutes les probabilités d’un échec cuisant.

Aveuglé et obstiné par le pouvoir comme Deby, chaque leader de l’opposition opte pour une conquête personnelle qui sera par ailleurs une lutte vaine. Chacun préfère être la tête du ras que d’être la queue du lion, balayant du coup la thèse de « l’union fait la force ».

… Alchimiste de wobawoba

Peut-on vraiment croire en cette opposition qui depuis longtemps s’est transformée en alchimiste de wobawoba et qui se voit en victime persécutée lamentablement larmoyante ? Non, notre opposition doit faire preuve de maturité et montrer une volonté de vouloir l’alternance. A ce prix, elle aura l’adhésion du peuple. Vivement !

Tag(s) : #Tchad;opposition
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :