Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ph: AgriCom TCHAD

Ph: AgriCom TCHAD

Le président de la junte au pouvoir au Tchad a décrété le 2 juin 2022 une « urgence alimentaire » au Tchad. Cette mesure qui a surpris plus d’un, est justifiée par la guerre en Ukraine.

Cette décision ressemble fort à un mensonge. Même si c’est dans l’ADN de nos autorités de servir toujours du mensonge au peuple, celui-ci est trop grossier. D’abord, la saison pluviosité passée n’a pas été capricieuse. Ensuite, aucun Tchadien n’a connaissance de la nature des produits que leur pays importe de l’Ukraine ou de la Russie. Si le blé utilisé dans la fabrication de pain se fait rare du fait de cette guerre, cela ne peut en aucun cas être à l’origine d’une éventuelle famine dans notre pays. Les Tchadiens qui consomment du pain chaque matin ou au coucher du soleil sont ultra minoritaires. Et ceux-là ont des moyens pour s’en procurer même si le prix arrivait à connaitre une flambée. Ce n’est pas le pain qu’on retrouve dans l’assiette du bas peuple à midi. Ceux qui en ont, c’est à titre complémentaire. C’est juste pour le bon goût. Quand le citoyen lambda a un creux, il ne court pas à la boulangerie pour se procurer une baquette de pain, mais plutôt du consistant à la marmite.

Par cette décision, Mahamat Idriss Deby, installé au pouvoir par la bénédiction de Paris, est dans sa logique de condamner implicitement la Russie, qui a envahi l’Ukraine. C’est la manière la plus simple d’imputer la responsabilité de la famine mondiale à la Russie. On a tout compris ! Dans nos campagnes, sous la pluie ou dans la chaleur accablante, dans la poussière et le froid, nos braves paysans travaillent dur pour nourrir les Tchadiens. Au lieu de les encourager, on remet en cause leurs efforts en évoquant l’urgence alimentaire.

Quoiqu’accédé à l’indépendance en saison de pluie, le Tchad crie toujours famine

Combien de temps encore va-t-on continuer à cacher la face de notre pays ? Tous les classements honteux dont le Tchad est l’objet n’est-il pas déjà suffisamment humiliant pour ce pays ? Il est inadmissible qu’un vaste pays comme le Tchad, d’une superficie de 1.284.000 km2 ayant acquis son indépendance en pleine saison pluvieuse, ne puisse pas nourriture une population de 16 millions d’âme.  Au lieu de verser dans des déclarations non fondées, il serait mieux de s’organiser pour mettre en valeur les 60% de terre arable dont à peine un 1/3 est exploitée, à profit afin de s’assurer une autosuffisance alimentaire.

Les autres pays ont adopté une politique agricole bien réfléchie pour résoudre le problème alimentaire de leur peuple. C’est le cas du Burkina Faso sous Thomas Sankara avec son concept : « consommons ce que nous produisons et produisons ce que nous consommons ». Le Rwanda de Paul Kagamé a fait sienne  cette politique et les résultats sont perceptibles sur le terrain. Le Niger voisin avec son 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens). Par contre, chez nous, c’est la course aux V8 ou encore la compétition des courses des chameaux financée qui est encouragée. Ce sont les détournements des deniers publics dans l’administration qui préoccupe. Comme si décréter une probable famine ne suffisait pas, le PM annonce également une vie difficile aux Tchadiens. On a l’impression que nos autorités ne savent qu’appeler l’apocalypse.

Masbé NDENGAR

Tag(s) : #Tchad, #urgence alimentaire, #paysans, #agriculture
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :