Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Portrait : Nékouanodji Eve, des doigts magnétiques à la caméra !

Née au Tchad où elle a obtenu son Bac littéraire, Nékouanodji Eve-Noëllie DJEBOLO vit actuellement à Ouagadougou comme "cameraman'' et Journaliste reporter d’images free-lance.

25 ans  accomplis. Souriante. Démarche alerte. Rigoureuse au travail. Style vestimentaire masculin. Derrière cette description, se révèle Nékouanodji Eve-Noëllie DJEBOLO, une jeune fille, opératrice de prise de vue.

Après son baccalauréat série A obtenu au lycée-collège Evangélique de N’Djamena en 2015, elle choisit le Burkina Faso comme pays de formation, où elle réside depuis lors. A Ouagadougou, capitale du cinéma où elle s’est formée à l’Institut supérieur de l’Image (ISIS). Licence professionnelle en Image décrochée avec brio, la passionnée de la caméra, également Journaliste reporter d’images free-lance, ne jure que par son outil de travail : la caméra. Mais aussi son appareil photo. « Chère amie et amour (camera ndlr) », c’est ainsi qu’elle témoigne son amour à son juju, la passion pour son métier.

2e assistante cheffe opératrice du film Massoud du réalisateur tchadien Emmanuel Rotoubam Mbaidé, Eve force l’administration de ses confrères techniciens, mais aussi des comédiens. A ce sujet, le comédien Tchadien Youssouf Djaoro, ne tarit pas d’éloges à son égard : « Ma fille Eve que j’ai connue sur le plateau de Massoud m’a épaté. Une Tchadienne, 2e assistante chef opérateur, elle maitrise le travail et tient sa caméra dans les bras comme un bébé. Je lui tire chapeau. On a un réalisateur qui est Manu et une cheffe opératrice qui est Eve qui sortent du Burkina mais qui sont du 235 et ça j’adore ».

Talentueuse, Eve participe à presque toutes les activités de son domaine. En  novembre 2021, elle a pris part à la 6e édition de Focal d’Afrique, une rencontre internationale de la photographie (Ouagadougou) où elle a raflé consécutivement deux prix. Première participation et coup de maitre ! Aboubacar Traoré, voyant pour la première ses images, l’a encouragé en ces termes : « Tu as de l’avenir ». En guise de reconnaissance elle a donc dédié ces prix à ce dernier car c’est lui qui l’a encouragée à prendre part à cette compétition.

Née au Tchad dont l’image est écorchée à l’internationale, Eve se bat par son travail pour soigner cette image misérabiliste de son pays. Discrète et quasiment absente en milieu tchadien au Burkina Faso, l’amoureuse de la caméra se distingue par ses performances.

Accro de la caméra, ce sont ses œuvres qui parlent d’elle et parlent pour elle. « Qu’elle maintienne le cap parce que tôt ou tard, le Tchad aura besoin d’elle », encourage Youssouf Djaoro, sa compatriote, qu’il invite à rentrer incessamment au Tchad. Belle carrière, c’est tout le mal que nous lui souhaitons.

Crédit photo: Benjamin Thiombiano et Serges Ilboudo

 Masbé NDENGAR

Tag(s) : #Eve, #caméra, #Nékouanodji Eve, #opératrice de prise de vue, #Image, #Burkina Faso, #Tchad
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :