Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ph: Open diplomacy

Ph: Open diplomacy

Le Groupe Wagner fait l’actualité ces derniers temps. Les rumeurs sur une éventuelle signature d’un accord entre le Mali et Wagner ont alimenté les débats. Bien avant le Mali, c’était en Centrafrique où Wagner a fait le plus parler de lui ces dernières années.  Sa présence en sol africain n’est pas du goût de Paris. La France est en colère et menace, à demi-mot, le Mali. Mais que savons-nous de ce groupe ? Qui est Wagner qui donne insomnie à la France ? Pourquoi est-il autant diabolisé ? Dans ce billet, nous tenterons de répondre à ces interrogations sans avoir la prétention d’avoir une connaissance poussée sur le groupe Wagner.

 Wagner est une société militaire privée russe fondée en 2014. « ‘’Groupe Wagner’’, compagnie militaire privée », se définit ainsi sur son site.  Mais l’idée de sa création remonte en 2012. C’est une organisation qui est liée au gouvernement russe. Sa mission est d'assurer la défense des intérêts extérieurs de la Russie. Sa présence en Afrique surtout dans les anciennes colonies françaises représente une grande menace aux intérêts de la France. Cela ne suscite d’aucun débat. La France a depuis toujours exploité les ressources de la Centrafrique et du Mali et fait de ces pays sa chasse garde. C’est tout simplement la guerre des intérêts.  

Basé sur le nationalisme russe, il est difficile de connaitre avec exactitude l’effectif des hommes engagés par Wagner mais le nombre est estimé à 4 000 hommes. « Nous avons besoin de personnes qui accordent la priorité aux intérêts de notre patrie », Wagner confirme ainsi son caractère nationaliste. Le fondateur et commandant militaire du groupe est Dimitri Outkine, né en 1970, un lieutenant-colonel et ancien membre des Spetsnaz (force spéciale russe). Si Dimitri est le bras militaire et idéologique, Evgueni Prigojine en est le bras financier. Ce dernier est un oligarque russe, très riche et par ailleurs le patron de l'Internet Research Agency. Proche du pouvoir russe, il a ses entrées au Kremlin.

 ph: aa.com.tr

Outkine est un néo-nazi admirateur de Hitler. Il aurait adopté le surnom de Wagner en hommage au compositeur allemand Richard Wagner (pro nazi) et aurait baptisé son entreprise de mercenariat du même nom. Le Groupe Wagner pourrait également se référer à Robert Wagner qui a dirigé le SAIMR pendant la Guerre froide. En effet, le South African Institute for Maritime Research (SAIMR) est une organisation parapublique de mercenaires anti-communistes et de suprématistes blancs, développée en Afrique du Sud durant l'apartheid. Il a sa renommée dans les coups d’Etat en Afrique. Bref…

Toutefois, les sociétés militaires privées sont officiellement interdites en Russie. Ainsi, le groupe Wagner n’a pas d’existence légale en Russie et le gouvernement russe nie officiellement tout lien avec cette société quand bien même que selon certaines sources, le groupe Wagner serait sous le contrôle du ministère russe de la défense. D’autres sources confirment également que les soldats de Wagner considérés, à tort ou à raison, de mercenaires sont formés dans les installations du ministère russe de la défense.

Le financement du Groupe Wagner serait lié, en partie, au ministère de la défense russe. Ce dernier signe des contrats avec des entreprises proches de Evgueni Prigojine et une partie de l'argent de ces contrats est dirigée vers le financement du Groupe Wagner. Le budget annuel du Groupe Wagner est estimé à 30 millions de dollars.

Théâtres d’opérations et engagements…

Wagner est (a été) engagé dans plusieurs opérations militaires à travers le monde. Ces ‘’mercenaires’’ ont été engagés en Ukraine dans la crise de Crimée, la guerre en Syrie. Mais aussi au Venezuela. Ils sont aussi déployés en Afrique, notamment au Soudan, en Centrafrique, en Libye, en Mozambique, à Madagascar…

Selon des sources bien introduites, des consultants du Groupe Wagner sont vus au Mali vers fin 2019, et dans le courant de l'année 2021.  Et l’actualité confirme bien cela.

‘’Mercenaires’’, ‘’miliciens’’, ‘’soldats de l’ombre de Poutine’’ ou encore ‘’combattants-fantômes’’, autant de sobriquets pour désigner les éléments du Groupe Wagner qui se considèrent plutôt comme des « bénévoles » au service de la paix. Contrairement aux médias et à la France, le groupe Wagner offre plutôt un tableau reluisant de lui : « où nous sommes, il y a la paix », peut-on lire sur son site web (https://wagnera.ru/). Et de poursuivre, en justicier : « la justice avant tout ».

                                                     ph: Le Figaro

La France et surtout le monde Occidental présente un tableau sombre sur les actions de Wagner : tortures, exécutions ou viols contre des civils, dans des zones de conflit, violation des droits humains, etc. Mais Wagner, quant à lui, s’érige en défenseur des droits humains. Morceau choisi sur son site : « nous sommes contre ceux qui tuent les enfants, les femmes et les personnes âgées ».  Et il s’engage à rétablir l’ordre là où il y a le désordre : « Nous sommes là où règne l'anarchie. Nous n'acceptons pas l'oppression des civils et toujours du côté de ceux qui défendent leurs droits et défendent leur liberté et leur vie ».

Le Groupe Wagner dresse un bilan sur ses quelques hauts faits dans le monde depuis sa création : 1 054 terroristes tués, 146 opérations de combat, 373 affrontements combattus, 76 chars détruits 32 hélicoptère détruit, 6 dictateurs renversés. Et « ce n’est que le début » des actions, réaffirme son engagement sur le terrain.

Il offre des services aussi variés que diversifiés. Il s’agit notamment de formation et conseil militaire, opérations terrestres et maritimes, déminage, etc. Dans leur mission, ils disent être guidé par la foi : « une grande foi nous anime » sur le terrain.  

Masbé NDENGAR

Tag(s) : #sécurité, #Groupe Wagner, #France, #Russie, #Dimitri Outkine, #Evgueni Prigojine, #militaire, #mercenaires
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :