Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Politique: Si Kaka confisque le pouvoir, le Tchad va s’embrasser !

Kaka va précipiter le Tchad dans l’abime ! Pour un président par accident, né et grandit dans la mal gouvernance, il ne saurait gouverner autrement que de marcher sur les traces de son père. Ce dernier a légué un héritage décadent. Son successeur de fils fait partie de cet héritage chancelant. Intellectuellement immature et politiquement inapte pour conduire une nation vers sa destinée, le fils de l’autre qui assure une transition contestée par la classe politique et la société civile, a manifestement l’intention de s’éterniser au pouvoir.

Son père, arrivé au pouvoir à 38 ans, avait clairement dit qu’il allait céder le pouvoir au bout de 18 mois. La suite on l’a connue.  Lui aussi, arrivé au pouvoir pratiquement au même âge que son géniteur (37 ans), disait la même chose il y a quelques deux mois, se ravise. Si celui qui est devenu général 4 étoiles à moins de 30 ans, pose des conditions dans cette interview, il manifeste sa volonté de confisquer le pouvoir. En se référant à Dieu, du genre « en tant que croyant, je pense qu’il faut laisser à Dieu la part qui lui revient », le putschiste a du mal à cacher son désire. A-t-il goûté aux délices du pouvoir ou a-t-il été manipulé ? Difficile de le savoir mais tout compte fait, il est trop tôt pour avancer la thèse de la manipulation. Dieu est un alibi suffisant pour quiconque voudrait confisquer le pouvoir. Mais en tout état de cause, le peuple tchadien ne pourra plus fermer les yeux et se laisser faire. S’il avait été imprudent d’avoir introduit un loup dans la bergerie en 1990, il doit redoubler de vigilance pour éviter une telle erreur. Sinon, c’est le destin de toute une nation qui sera compromettante. Un père va-t’en guerre qui n’a excellé que dans l’atrocité par sa gestion, a affalé la République. Un fils au parcours militaire identique et au cursus scolaire qui laisse à désirer, est sans nul doute un mauvais présage pour l’avenir de notre pays.

 Si jamais Mahamat Idriss Deby s’entête à pousser la transition au-delà des 18 mois, il précipitera inévitablement dans l’abime un pays déjà au bord du précipice. Car, l’opposition politique incarnée par Succès Masra n’est pas prête à baisser les bras même si pour l’instant, elle semble observer une trêve. Le parti Les Transformateurs et la coalition Wakit Tama, comme à leur habitude, investiront les rues et ruelles des différentes villes. Déjà que Succès Masra ne cache pas sa colère dans une interview accordée à nos confrères d’une radio étrangère en ces termes: « si Mahamat Kaka veut emprunter ce chemin de confiscation armée du pouvoir, il finira par la même porte que son père ».

Il faut s’attendre à ce que les rues s’enflamment et les quartiers s’embrasent sous les flammes. La résistance au prix des vies humaines va encore s’organiser. Le Conseil militaire de transition (CMT), à la gâchette facile va encore dégainer comme il l’a fait les 27 et 28 avril 2021 où on a décompté en tout 19 corps sur le carreau et des blessés. Et la société civile, incarnée par Kemba Didah Alain du Mouvement citoyen notre temps (MCT) est déjà vent débout. De Walia, foyer de la résistance à Chagoua, quartier lacrymogène en passant par Abena, la population ne décolèrera pas.

Par ailleurs, la résistance armée à l’origine de la mort de Idriss Deby ne semble pas faiblir, car toute résistance à une autorité découle forcement de l’injustice érigée en système de gouvernance.

Il y a trop de morts au Tchad ! On est fatigué d’aller chaque fois au cimetière ! On est fatigué de voir chaque fois nos proches être enterrés parce que tués par d’autres Tchadiens. Ce pays mérite mieux que l’hécatombe.

Cet article a été publié dans le journal le Baromètre No 025 du 5 juin au 15 juillet 2021

Masbé NDENGAR

Tag(s) : #Kaka, #pouvoir, #Tchad, #s'embraser
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :