Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tchad : Environ 1 500 détenus seront libérés (Ministre de la Justice)

Invité à l’émission de la web radio Réseau des Citoyens du 3 avril 2020, le ministre de la Justice du Tchad, Djimet Arabi, a promis que les prisonniers seront libérés. Il estime entre 1000 et 1 500 détenus qui seront remis en liberté. Des mesures préventives telles que limiter des visites aux détenus et installation des lave-mains devant la prison pour ont été prises. Mais ce nombre est infime vu le nombre des citoyens détenus injustement. 

En effet, dans le contexte de la maladie à coronavirus, certains pays ont jugé nécessaire de libérer certains détenus. Dans ces établissements, la contamination serait très rapide au cas où un détenu est testé positif, surtout qu’en Afrique on assiste généralement à une surpopulation carcérale. C’est pour éviter donc que les centres de détention ne deviennent des plateformes de propagation du virus. Quelques pays ont fait ce geste salutaire.

Burkina Faso : 1 207 détenus libérés. Ce sont ceux qui ne sont pas en lien avec le terrorisme. Ils seront suivis pour leur réinsertion sociale.

France : 3500 détenus libérés. Entre 5000 et 6000 prisonniers pourraient bénéficier d'une libération anticipée

USA : 600 personnes libérées par anticipation en Californie mais aussi dans autres Etats en cours…

Iran : L’Iran libère provisoirement 85.000 prisonniers à cause du risque sanitaire. Les personnes condamnées à des peines d’emprisonnement de moins de cinq ans ont recouvré la liberté.

L’Ethiopie : Le gouvernement a annoncé l'amnistie et la libération prochaine de plus de 4 000 prisonniers

Mesurant la gravité de la situation l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch recommande à tous les pays affectés par la pandémie de procéder à des libérations conditionnelles de prisonniers. L’ONU a embouche la même trompette. En effet, la Haut-commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU a appelé à la libération de détenus à travers le monde. Le Niger, l’Ethiopie et l’Afrique du Sud ont appliqué la recommandation pour des détenus âgés, malades et des délinquants à faibles risques.  

Relatif aux prisonniers malades, il y a le jeune activiste Tokama Kemaye, arrêté le 25 avril 2019 pour manifestation contre la vie chère puis accusé injustement et détenu. Il n’a jamais vu un juge. On lui a toujours refusé la liberté conditionnelle pour aller se soigner alors qu’il est malade, beaucoup malade. J’ai été le voir le 25 octobre à Amsinéné.  Il se tenait difficilement debout. Et même actuellement, il est malade, selon les informations. Et les gens comme lui sont nombreux dans les prisons au Tchad comme Inoua, le journaliste. 

A Amsinéné, les détenus sont au nombre 2 885, à la date du 31 mars 2020 sinon plus car il y a des prisonniers déposés sans mandat de dépôt. Alors que cette Maison d’arrêt a une capacité d’accueil d’environ 350 personnes. Ils s’entassent dans des cellules, 120 au minimum par cellules. Seulement 11 cellules avec une unique cellule pour les femmes dont les dimensions ne dépassent pas 5m/4.  Il y a des femmes allaitantes et des enfants de 2 à 6 ans qui sont avec leurs mamans incarcérés qui vadrouille dans la cours

Au chapitre d’hygiène il y a juste 13 toilettes mal entretenues qui sont des canaux de transmissions de toutes sortes de maladie.  Et l’établissement de compte qu’une infirmière avec 4 agents qui travaillent de 10h à 14h.  insuffisant.

Vous l’aurez compris, la densité à Amsinéné est plus forte que celle du marché de Dembé. Il est donc impossible de ne pas se toucher dans ces conditions. La mesure de la distanciation à ce niveau est caduque.

Masbé NDENGAR

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :