Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Administration au Tchad : Népotisme, favoritisme, marginalisation... Deby s’en prend aux dirigeants sportifs alors que lui-même fait pire

Le 8 août 2019, à la pose de la première pierre d’un stade à Madjafa, Idriss Deby Itno a, sans détour, fustigé le népotisme et le favoritisme qui ont pion dans l’équipe nationale de football (SAO).

Morceau choisi : « les dirigeants actuels ont plus de deux décennies et rien n’a changé. Il y a trop de gaspillage. On ne choisit pas de meilleurs sportifs mais on choisit les cousins et les parents pour les envoyer en compétition ». Convenons que c’est quelque rare fois que le président Tchadien a dit la vérité. Il y a un début à tout… Il est indéniable que le népotisme est érigé en règle normative et le président Idriss Deby Itno lui-même ne déroge pas à la fameuse règle, il en est le chantre. Examinons les occupants de certains postes dans l’administration tchadienne. En effet, le favoritisme ou du moins la marginalisation n’est pas seulement ethnique mais régionaliste. Depuis plusieurs années, le nombre de ministres originaires du Sud ou sudistes ne dépasse guère 10 sur une trentaine. C’est vérifiable. Aussi, sur les 23 légions de Gendarmerie, n’y figurent que 3 sudistes de même que sur les 23 gouverneurs que compte le Tchad, on ne compte que 4 sudistes. On dénombre 69 préfets du Tchad, mais seulement 9 sudistes y figurent. Presque tous les postes importants sont occupés par des personnalités de l’ethnie de Deby.

Les preuves 

 Par exemple, dans le Logone Oriental au premier trimestre 2019, le constat ahurissant est le suivant. 

- Gouverneur : Zaghawa

-Commandant de Légion : Zaghawa

-Commissaire central : Zaghawa

-Commissaire central 1er adjoint : Zaghawa

-Commissaire central 2e adjoint : Gorane

-Inspecteur des impôts : Zaghawa

-Inspecteur des Cadastres : Zaghawa

-Présidents des 5% des Revenus pétroliers : Zaghawa

-Délégué sanitaire : Zaghawa

-Chef de section de la Compagnie de circulation routière (police nationale) : Zaghawa

-Chef de section de la Brigade de circulation adjoint : Zaghawa

-Préfet : Arabe

-Procureur de la République : Gorane

-Commandant de Corps urbain de Police : Mimi (Biltine)

-Commandant de Corps urbain 1er adjoint : Arabe

-Commandant de Corps urbain 2e adjoint : Gorane

Ainsi, sur 16 postes, 10 sont occupés uniquement que par les Zaghawa, 3 par les Goranes et 2 autres par deux personnes (un Arabe et un originaire de Biltine). Aucun sudiste. Inutile de chercher à connaitre les premiers responsables des différents commissariats de N’Djamena : ils sont presque tous Zaghawa. C’est à se demander s’il existerait des intelligences dans d’autres communautés (plus de 200 ethnies au Tchad). Nous n’avons absolument rien contre les occupants de ces postes ni leur ethnie. Nous voulons juste que le président ne puisse pas perdre de vue une pratique dont il est passé maitre dans l’art. Car le poisson, dit-on, pourrit toujours par la tête. Il fustige la longévité au pouvoir des dirigeants sportifs (deux décennies) alors que lui-même en totalise trois à la tête de la Nation. Faut-il rappeler au président que la sagesse recommande qu’on balaie devant sa porte avant de s’ériger en donneur de leçon aux voisins ? c’est depuis la présidence que se dégage la puanteur. Cette pratique crée de la frustration au sein de la population qui se sent léser. Et c’est ainsi que naissent les rebellions, les coups d’Etat et autres révoltes. Seules l’équité et la justice garantiront l’unité nationale.

 

Masbé NDENGAR

Tag(s) : #administration, #Tchad, #Deby, #dirigeants, #Etat, #favoritisme, #népotisme, #marginalisation, #SAO, #football, #sport, #Masbé NDENGAR
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :