Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’Université de Zarqa en Jordanie: Le Conseiller à l’Enseignement supérieur de Déby escroc les étudiants 

Alors Secrétaire à l’Enseignement supérieur, Dr Hissein Massar Hissein conclut avec l’université de Zarqa en Jordanie, une bourse d’étude au profit de 40 étudiants tchadiens. La scolarité n’étant versée et très acculés par ladite université, 30 étudiants volatilisent dans la nature. Ils ne sont restés que 10, qui appellent leur « bienfaiteur » en vain, lequel les traite de rebelles.

Suite à un deal contre nature entre l’ex SG de l’Enseignement supérieur, Hissein Massar Hissein et l’université privée de Zarqa, 40 étudiants tchadiens quittant le sol tchadien, arrivent le 6 novembre 2017 au sein de ladite université. C’est sur-place que les étudiants apprennent que leur bourse est octroyée par l’association koweitienne du nom Djamiat Al Awon. Curieusement, cette association n’a versé aucun rond sur les 80 000 dollars exigés aux étudiants. Embarrassés, ces derniers se retournent vers leur « bienfaiteur » de Dr Hissein Massar Hissein, qui finit par les qualifier de rebelles. Ne sachant que faire, certains ont pris la route de l’Arabie saoudite. D’autres qui n’ont de séjour valide, ont vu leurs passeports confisqués. Ils n’ont pas d’ambassade du Tchad en Jordanie ni un consulat qui puisse s’occuper d’eux. Au nombre 40 au départ, ils ne sont plus que 10 dans ce pays. Désespérés et sans issue, ils appellent le gouvernement tchadien à la rescousse. Nous sommes entrés en contact avec l’un d’entre eux, inscrit en Business Administration, qui a requis l’anonymat. Entretien.

 

Comment vous vous êtes retrouvés en Jordanie, loin de votre patrie ?

 

Nous sommes partis grâce à un accord conclut entre l’ex SG de l’Enseignement supérieur Hissein Massar Hissein et l’association koweitienne Djamiat Al Awon.
Vous étiez combien à partir du Tchad et pour quelle université ?
Sur les 40 étudiants au départ inscrits à l’université privée de Zarqa, nous ne sommes restés que 10 aujourd’hui. 


Où sont passés les 30 autres ?


Certains sont rentrés au pays depuis fin août. D’autres sont partis en Arabie saoudite après avoir perdu l’espoir.

Y a-t-il des filles parmi vous ?

Elles étaient trois, mais sont toutes rentrées au pays. 


Le gouvernement tchadien est-il au courant de cette bourse qui vous a été octroyée ?

 

Le gouvernement tchadien n’est au courant de rien, puisque c’est un business entre Hissein Massar et l’université privée de Zarqa. Et l’association koweïtienne, Djamiat al awon, qui devrait nous prendre en charge, n’a pas honoré ses engagements.

 

L’aviez-vous contactée pour justifier le refus du versement de vos bourses ?

 

Nous avons adressé plusieurs messages à cette l’association, mais toujours sans réponse.

Alors comment faites-vous pour vivre, vu que vous n'avez pas perçu cette bourse ?

Certains d’entre nous ont trouvé des petits jobs. On travaille discrètement parce qu’on n’en a pas le droit. La situation est très difficile ici, et la vie est très chère.

Et vous qui êtes restés, vous n'avez pas la possibilité de rentrer ou partir dans un autre pays ?

 

Non, parce qu’au début on avait fait confiance à Hissein Massar, croyant qu’il viendrait régler le problème. C’est donc pour cela que nous sommes restés.

 

Avez-vous contacté Hissein Massar pour lui faire part de votre situation ? Si oui, que vous a-t-il dit ?

 

Oui, nous avons adressé plusieurs messages et même nos parents au pays ont fait de leur mieux, mais il raconte toujours des mensonges. Dans notre dernier message, nous lui avons donné trois jours pour qu’il nous donne juste une réponse, même si c’est pour nous proposer d’autres possibilités, nous voulons juste qu’il soit clair avec nous, mais il a répondu à un de nos condisciples avec arrogance : « vous êtes des rebelles et je n’ai rien à vous dire ! »

                                                                                Propos recueillis par Masbé NDENGAR

 

 

 

 

Article initialement publié dans le Journal Le baromètre No 013 du 13 au 28 février 2019
Tag(s) : #Université de Zarqa en Jordanie, #enseignement, #éducation, #Tchad, #étudiants, #tchadiens, #santé
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :