Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tchad : Nadjo et Bertrand, futures victimes ?

Vous le savez déjà. Le 23 octobre 2018, Nadjo Kaina, 1er porte-parole du mouvement citoyen Iyina et Bertrand Solloh, rapporteur dudit mouvement ont rencontré Hinda Deby au Palais Rose, à N’Djamena. Cela a soulevé une vague de frustrations de la jeunesse tchadienne et une indignation pour les membres de Iyina. Ces derniers se sont fait entendre à coup de démission. Les portes ont été claquées  avec fracas, portant ainsi un coup fatal et probablement définitif au bouillant mouvement.

Pactiser avec le diable combattu hier est un choix, même si c’est un choix dangereux. Je respecte ledit choix même si je ne le partage pas, d’autant plus Nadjo lui-même assume : « j’assume pleinement la responsabilité de ce choix ». Mais sera-t-il capable d’assumer, au moment venu, courageusement les conséquences ? bien malin qui trouvera la réponse. Pour certains analystes, cette rencontre n’était que la partie visible de l’iceberg. Autrement dit, le leader du mouvement ne serait pas à son premier coup foireux.

Nombreux sont les camarades de lutte qui se méfiaient de Nadjo. Lorsque une action collective enregistre la présence de celui, certains se soustraient.  Il va s’en dire, effectivement que, ce ne serait pas la première fois. D’ailleurs, les prémices ont été lancées avec la création du fameux mort-né groupe G5. Heureusement. C’était le début du pacte entre le couple présidentiel et eux. Si certains étaient naïfs de ne pas voir cela comme un acte prémonitoire, d’autres, par contre l’ont bien compris. Vous m’envoyez ravi, si nos anciens camarades savent que la trahison a ses conséquences, très lourdes qui sont infligées naturellement par la Nature. Chacun en paiera au prix fort la sanction de la bêtise en face. C’est aussi la loi de la nature.

Quand on mène une lutte citoyenne, soit on devient un martyr ou soit, on est un héros. Une 3e alternative n’existe pas. La traîtrise est une lâcheté que l’adversaire prendra le soin d’exploiter à sa guise avant de te liquider, froidement et sans vergogne. Le bourreau aura toujours en mémoire cette fameuse formule : « qui trahi, trahira ». Tu finiras par le trahir, lui aussi. Je n’ai pas souvenance d’un leader ou résistant tchadien qui a survécu après avoir fait la paix avec Deby. Et en la matière Deby n’a jamais dérogé à la règle. Le dernier en date est Baba Ladé qui est actuellement dans l’antichambre de la mort. L’amnistie décrétée par Deby est un hameçon tendu. Baba Ladé peut être considéré comme le plus chanceux.

Il n’y aura donc pas d’exception ni de faveur pour vous. Les imbéciles (il n’y a pas d’autres termes pour désigner un dictateur) exécuteront la sentence, inévitablement, tôt ou tard. Toute compromission se paie cash, au prix de la vie. Je m’en voudrais de ne pas pouvoir me soumettre à cette interrogation suivante : Comment peut-on consentir autant de sacrifices pour finir au panthéon de imbécillité ? Ce texte n’est point un jugement, non. Je m’en voudrais également de ne pas vous prévenir. « Cette audience si elle était à refaire, je vais la refaire », nargue fièrement Nadjo à l’opinion qui s’offusque mais, sait-il qu’il n’aura pas la seconde chance pour (re) vivre ? Le camarade Nadjo, est allé avec Solloh en solo à la mangeoire. Mangez bien, sérieusement ! je vous en souhaite d’ailleurs bon appétit. Mais rendez-vous est pris au tribunal de l’histoire.

Masbé NDENGAR

Tag(s) : #victimes, #Tchad, #Nadjo, #Bertrand Solloh, #Iyina, #mouvement, #citoyen, #Idriss Deby, #G5, #Hinda Deby, #amnistie, #Masbé NDENGAR
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :