Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tchad - Message du nouvel an de Deby : discours réchauffé, creux, non rassurant et mensonger

A l’instar des autres chefs d’État du monde, celui du Tchad, Idriss Deby, lui aussi, a livré un message à la Nation. Il a sacrifié à la tradition, c’est tout. Son discours de fin d’année est de moins en moins attendu par les citoyens. Que peut-il bien dire de nouveau après 27 ans de mensonge et de tromperie ! À travers son message, Idriss Deby s’est attardé sur tout sauf l’essentiel : l’éducation, la santé,  l’emploi ou le social sont aux abonnés absents. La sécurité a été superficiellement évoquée avec un manque de  reconnaissance totale  et d’encouragement envers les vaillants forces de défense et de sécurité qui sont les garants de sa ‘’bonne image’’ à l’extérieur. A travers ce discours Idriss Deby fait l’étalage de son ignorance  aux yeux du monde et prouve qu’il ne maitrise rien. Le chef laisse entrevoir qu’il n’a ni objectif ni plan ni mission. Bref c’est un président sans vision qui a parlé à son peuple qui ne l’écoute plus. Mais que retenir  concrètement du message du président tchadien taxé d’emblée de creux et mensonger ? Dans les lignes qui suivent nous allons tenter d’analyser son discours. Décryptage.

 

Peu de Tchadiens s’attendaient à du nouveau à travers le message à la Nation du nouvel an de leur président. Pour eux c’est du « déjà entendu ». Rien de nouveau sous le ciel. Ils n’ont pas tort. Constat : « L'année 2016 qui s'achève a été particulièrement éprouvante pour Notre pays". 2017 a été éprouvante pour Notre pays". Et le président Idriss Deby n’a jamais dit le « pourquoi » de ces situations éprouvantes ni entreprendre des actions pour résoudre le problème. Comme si ses larmes à coups de complaintes pourraient soulager la souffrance du peuple. Les Tchadiens ont besoin aujourd’hui d’un chef, le vrai, qui les sortira de l’impasse et du gouffre dans lequel il est plongé depuis presque cinq ans et non d’un homme a bout de force, sans projet ni plan et frappé sévèrement par le manque de vision, et en cours de mission.  C’est juste une piqure de rappel.

Crise de confiance, désespoir et mensonge…

Notre chef se convainc désormais qu’il y a crise de confiance entre lui et son peuple. Ce dernier a perdu tout espoir en lui et semble jeter l’éponge. C’est pourquoi l’entame de son discours commence par un appel « à la confiance, à l’espoir et à la détermination ». En tout cas le peuple est essoufflé, désespéré et a besoin du sang neuf : un nouveau président pour un Tchad nouveau.

Les Tchadiens ne croient pas à l’avenir avec  cette « élite » sortie de nulle part qui se trouve aux gouvernails de la Nation. L’avenir, s’il en existe alors il est bien maigre, incertain. Dire donc que « le pays a trouvé les ressorts et les forces nécessaires pour nous permettre de mieux nous projeter dans le futur » est un pur mensonge. Et le peuple sait aujourd’hui que Deby ne lui tiendra  jamais un langage de vérité, surtout que la vérité est une denrée rare voire inexistante dans la bouche de l’homme.

 

Avec le PND l’émergence assurée en 2030 : faux, votre  président vous ment 

Comme il fallait s’y attendre, le chef de l’État a mis l’accent  sur son fameux Plan national de développement(PND), comme axe prioritaire. Là encore les mensonges de Deby sont ahurissants et sans honte. En effet, il dira : « Les annonces de contributions qui ont été faites ont comblé toutes nos attentes. Et aujourd’hui, nombre de partenaires matérialisent leurs promesses ». D’abord il n’a jamais été question d’ « annonce de contribution » mais plutôt « une intention  de contribution ». Il existe une nuance entre les deux concepts. Ensuite si nos « attentes sont comblées » comme le dit Deby lui-même, qu’est-ce qui explique alors les grognes sociales ? Pourquoi les retards et arriérés de salaires ? Pourquoi ne pas payer plus de six mois d’arriérés  de bourses  des étudiants et rétablir les primes de recherche des enseignants chercheurs ? Pourquoi maintenir la réduction de 50% des salaires des fonctionnaires ? La liste de « pourquoi sans parce que » est longue… Tchadiens, ne soyez pas dupes. Aucun bailleur ne s’est manifesté. Votre président vous ment !

Ravisseur et corrompu, Idriss Deby n’inspire plus confiance des bailleurs de fonds

Au mois d’octobre, notre pays a été classé sur la liste noire et rangé dans le camp des pays « voyous et terroristes » par la gestion chaotique du régime MPS. Ainsi, même le plus idiot des Tchadiens sait très bien qu’aucun bailleur n’acceptera, jamais, financé un pays inscrit sur la liste noire. Courant mois de novembre, la justice américaine a épinglé Idriss Deby dans une affaire de corruption dont le montant s’élève à 2 millions de dollars. Une fois de plus, personne ne financera un ravisseur et un corrompu légendaire, internationalement  connu.

Le discours du président n’est pas seulement truffé de mensonge et de faux mais il porte la marque d’inintelligence remarquable. Notre chef dans son message a fait l’étalage de son ignorance et prouve à suffisance qu’il ne maitrise pas les théories du développement. Pour lui, notre salut viendra inévitablement du PND : «  Le PND [permettra de] garantir un développement harmonieux et durable. Le cap fixé par le PND nous amènera à atteindre de manière inexorable l’émergence à l’horizon 2030 ». On compte désormais sur les intentions de don pour se développer ! On attend l’aide pour se développer ! Quelle honte ! «  Le développement est endogène. On ne développe pas, on se développe », Joseph Ki-Zerbo. Une fois de plus, c’est juste une piqure de rappel. Selon Idriss Deby, le Tchad atteindra l’émergence en 2030 avec le PND. Autrement dit, dans 12 ans, le Tchad sera au même niveau de développement que l’Afrique du Sud, seul pays jugé émergent en Afrique. Quelle ignorance ! Même un miracle ne pourra propulser notre pays à ce niveau de développement dans ce laps de temps. Soyons réalistes et objectifs.

 

La grande soudaine révolution du monde rural !

Le monde rural semble toujours être un axe de développement pour le chef de l’État. Il appelle au retour à l’agriculture, comme il l’a toujours fait. Morceau choisi : « le développement et la modernisation de l’agriculture et de l’élevage restent notre seule porte du salut. Le pilier central de notre émergence future repose sur le développement rural ». Cela fait des années qu’on entend ce refrain mais au fond, rien n’est fait pour mettre en application cette décision. Les tracteurs achetés par l’État sont partagés entre les ministres, les directeurs, les opérateurs économiques du MPS, les proches du régime, etc. les concernés n’en ont jamais bénéficié. Les semences améliorées ont –elles été mises à la disposition  des producteurs ? Quelles mesures ont été véritablement prises pour accompagner le monde rural ? Ah oui, tenez, c’est plus de 27 ans après que Idriss Deby pense qu’il faut développer ce monde rural : « Oui, l’heure de la grande révolution du développement rural a sonné ». Pathétique !

Curieusement Idriss Deby, à la surprise de tous, se porte grand ‘’défenseur de la nature’’ devant l’Eternel. Il menace ouvertement ceux qui détruisent l’environnement. Il leur réserve des « sanctions exemplaires ». On verra bien !

Il persiste dans ses décisions impopulaires et inintelligentes

Il persiste et continue dans les prises de décisions impopulaires. Il a annoncé la tenue d’un « forum national inclusif » au cours de l’année 2018, lequel forum est d’ores et déjà rejeté par la classe politique de l’opposition et par les Organisations de la société civile (OSC) sérieuses. Le peuple exige au contraire un « dialogue inclusif ». C’est non négociable. Il a annoncé la tenue des élections législatives. Il faut rappeler que les députés siègent actuellement illégalement à l’hémicycle car leur mandat a pris fin depuis 2015.

Il termine son discours par une note sécuritaire très superficielle. Encourager, motiver et remonter la morale des troupes qui se battent   sur différents fronts étaient un minimum que tout chef responsable doit le faire. Ce ne sera jamais trop demander mais  hélas ! 

Masbé NDENGAR

 

 

L’intégralité du message

 

  Message du Président Idriss Deby Itno à la nation du 31 décembre 2017

Tchadiennes, Tchadiens ;

 Mes Chers Compatriotes.

L’année 2017 s’achève et emporte avec elle, nos joies et nos peines.

A l’aube de celle qui commence, je voudrais vous convier, comme il est de coutume, à jeter un regard rétrospectif sur notre parcours en tant que Nation et à saisir le futur sous le prisme de la confiance, de l’espoir et de la détermination.

L’année 2017 a été particulièrement éprouvante pour notre pays à l’image des deux années précédentes.

Nous avons fait face avec beaucoup de courage et de responsabilité à la conjoncture économique et financière.

 Mieux, le pays a trouvé les ressorts et les forces nécessaires pour nous permettre de mieux nous projeter dans le futur.

L’organisation réussie de la Conférence de mobilisation des ressources pour le financement du Plan National de Développement (PND) 2017-2021 est le symbole fort de cette volonté commune de mettre le Tchad sur la voie rectiligne du progrès et de la modernité.

Ce 08 septembre 2017 à Paris, notre pays a été honoré par tous ses amis et partenaires. Les annonces de contributions qui ont été faites ont comblé toutes nos attentes. Et aujourd’hui, nombre de partenaires matérialisent leurs promesses.

Le PND, il faut le noter, symbolise l’espoir du peuple tchadien car il participe de cette dynamique commune visant à garantir un développement harmonieux et durable.

Mes chers compatriotes,

Le cap fixé par le PND nous amènera à atteindre de manière inexorable l’émergence à l’horizon 2030.

C’est pourquoi, chaque tchadienne et chaque tchadien doit se sentir concerné par cet outil qui est le fruit d’une réflexion participative et inclusive.

Nous devons tous, à l’unisson, déployer notre génie, notre inventivité et notre énergie créatrice pour maintenir toujours vive la flamme de l’espoir.

Nous n’avons pas le droit de flancher. Aucun obstacle ou écueil ne doit entamer notre enthousiasme et notre engagement collectif.

Rien, absolument rien ne doit nous détourner du lumineux chemin du développement qui est tracé à la perfection.

Dans cette perspective, j’exhorte le Gouvernement à travailler avec rigueur, dévouement et abnégation afin de permettre à la nation d’engranger, dans les meilleurs délais, les premiers dividendes du PND.

Mes chers compatriotes ;

 Comme je ne cesse de le rappeler à notre meilleure compréhension, le développement et la modernisation de l’agriculture et de l’élevage restent notre seule porte du salut.

Notre pays est certes pourvu par la nature d’immenses ressources minières mais le pilier central de notre émergence future repose sur le développement rural.

C’est pourquoi, j’invite le Gouvernement à travailler sans relâche et de manière opiniâtre à la modernisation de nos systèmes de production.

Toutes les actions nécessaires qui concourent à la réalisation de cet objectif ultime doivent être rapidement mobilisées et mises au point de manière optimale.

La tâche est immense et délicate car le défi à relever est pour le moins titanesque.

Mais je suis persuadé, comme d’ailleurs tous les tchadiens, que nous avons les moyens, les atouts et les potentialités nécessaires pour tenir ce pari.

Si le Gouvernement doit s’atteler à créer les conditions de la modernisation et de la transformation de l’agriculture et de l’élevage, il revient à la population de suivre cette belle dynamique.

Jeunes, femmes et opérateurs économiques, tout le monde doit se mettre debout et à l’ouvrage. Oui, l’heure de la grande révolution du développement rural a sonné.

Et c’est la seule et unique révolution qui mérite d’être menée aujourd’hui et maintenant. Toute la République doit se mettre résolument au travail pour garantir le succès de cet idéal commun.

Je saisis cette opportunité pour mettre en garde tous ces ennemis de la Nation qui détruisent allègrement le couvert végétal. Il est inadmissible que l’on détruise la nature et l’environnement qui sont les premiers facteurs du développement de l’agriculture et de l’élevage.

Aujourd’hui, c’est un lourd préjudice qui est infligé à l’environnement. Cette année, c’est plus d’un million d’arbres qui ont été coupés avec la complicité active des agents des eaux et forêts, des autorités administratives et des chefs traditionnels.

Le Gouvernement doit prendre toutes les mesures dissuasives nécessaires pour protéger, préserver et sauver l’environnement.

Des sanctions exemplaires doivent être prises dans les meilleurs délais à l’endroit de tous ceux qui sont impliqués dans cette pratique criminelle.

Tchadiennes, Tchadiens ;

 Mes chers compatriotes

L’avenir du Tchad doit être notre préoccupation de tous les instants. Les lendemains radieux que nous voulons tous bâtir pour les générations futures doivent guider nos faits, gestes et actes au quotidien.

Nous devons, individuellement et collectivement, nous illustrer par une attitude responsable et une conduite citoyenne.

Pour ma part, je suis plus que jamais, déterminé à redonner au Tchad, la place qu’il mérite dans la nouvelle configuration de la géopolitique mondiale.

C’est bien évidemment, cette quête du devenir de la Nation éternelle qui nous a inspiré la philosophie des réformes institutionnelles en chantier.

Au cours de l’année nouvelle, un forum national inclusif qui rassemble toutes les forces vives du pays sera organisé afin de disséquer et d’examiner dans les menus détails les différents axes de réformes qui sont contenus dans le document.

J’invite tous les citoyens de l’intérieur et nos compatriotes de la diaspora à être présents et actifs le moment venu pour donner au document final qui sera adopté une véritable dimension consensuelle et nationale.

Personne ne doit rater cet important rendez-vous de l’histoire qui s’inscrit dans la veine tant souhaitée de la refondation de la Nation. Cet idéal collectif doit prendre le pas sur tous les ressentiments et considérations politiciennes.

Mes chers compatriotes,

Comme vous le savez, le mandat de l’actuelle législature a été prorogé pour des contingences d’ordre économique.

Il me plait d’annoncer, à l’orée de l’année nouvelle que des élections législatives seront organisées en 2018.

Cette échéance électorale majeure qui est attendue par toute la classe politique tchadienne sera sans nul doute un moment de grande ferveur politique.

D’ores et déjà, j’en appelle au sens de responsabilité et de patriotisme des différents acteurs politiques.

Tchadiennes, Tchadiens.

La vitalité de notre démocratie et le succès de nos profondes transformations structurelles sont fortement tributaires de la stabilité.

Nous devons veiller au grain sur la paix et la sécurité qui sont les conditions premières du progrès.

A cet égard, il importe de ne pas baisser la garde et de toujours maintenir l’alerte sur le front sécuritaire et de la lutte contre le terrorisme, ce véritable mal du siècle.

Puisse le Très-Haut bénir notre Nation et nous combler de son infinie Félicité.

 Je souhaite une bonne et heureuse année 2018 à tous les tchadiens de l’intérieur, ceux de la diaspora et aux différentes communautés d’expatriés vivant dans notre pays.

 

Tag(s) : #Tchad, #message, #discours, #Nation, #mensonge, #corruption, #plan, #Tchad;politique, #Idriss Deby, #Etat, #éducation, #santé, #crise, #PND, #émergence, #président, #chef de l'Etat, #sécurité, #bailleurs de fonds, #révolution, #monde rural, #développement, #MPS, #forum, #peuple, #population
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :