Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Promesse du petit berger de Berdoba à la jeunesse à son investiture : Que du bluff !

Deby a été investi encore. De nouveau. Et c’est parti pour cinq longues interminables années. Comme d’habitude, il a prononcé un discours ce 8 août 2016, lequel discours tous connaissaient le contenu d’avance : puisque ce sont les mêmes qui sont réchauffés depuis plus d’un quart de siècle. On n’avait pas besoin d’avoir le bon sens pour savoir ce qu’il dira. Pendant longtemps la jeunesse a été délaissée. Le taux de chômage est très élevé. Le pourcentage des pauvres aussi. Tous les signaux sont au rouge. Les étudiants de 2ie sont abandonnés dans les rues de Ouaga et ceux de N’Djamena, Moundou, Abéché… battent le macadam pour réclamer une simple bourse. Partout, c’est le son de cloche. La jeunesse est matraquée, séquestrée, violentée et pire, tuée. Et c’est dire que cette même jeunesse, abandonnée depuis 26 ans que Deby promet le paradis sur terre durant son 5e mandat ? Même le plus idiot des tchadiens en doutera. Décryptage.

Au fait que peut-on bien dire de nouveau au peuple après 26 longues années ? Rien. Des promesses trompe œil ont été faites. Même si c’était vrai, leur application nous paraitrait une affaire sur mollet de serpent. Je veux bien croire, ne ce reste qu’une fois en passant à la bonne volonté du président mais comment, quand la vérité est une denrée extrêmement rare dans la bouche de l’homme ? Mais étonnement, la jeunesse tchadienne y a cru. Elle jubile. Le petit berger de Berdoba est sous les projecteurs de hourras et de vivats d’une jeunesse qui semble ne rien comprendre du système. Cette promesse, c’est la nième fois que Deby l’a réitérée. Le morceau choisi dans les années antérieures : « La vraie richesse de l'Afrique n'est ni les matières premières, ni l'aide extérieure quel qu'en soit le montant ou la forme, mais sa jeunesse ». C’est pourtant clair. Mais qu’a-t-il fait pour cette jeunesse qui souffre le martyre ? Leur tirer dessus à balles réelles. Des morts ! Des mères enterrant chaque jour enfants et maris. Des pères de famille désespérés !

Cadeau de Deby à la jeunesse à la veille de son investiture : un mort, de nombreux blessés et des arrestations

La preuve, le 7 aout 2016, à la veille de son investiture, par ordre de son ministre Bachir lequel ordre émanant de lui (il est le 1er responsable) Emmanuel Rombaye a été abattu. Le meurtre de ce jeune bachelier de Sarh vient une fois de plus augmenter le nombre déjà important de macchabées qu’a du mal à supporter son placard. Et cette tuerie va poursuivre son bonhomme de chemin.

La jeunesse tchadienne doit sortir de sa myopie et voir la réalité en face. Elle doit se rendre à l’évidence que le satrape Deby n’accomplira aucun miracle pour elle. D’ailleurs s’il ne l’a pas fait en 26 années de vie au Palais Rose ce n’est pas en 5 ans qu’il le fera. Là, dessus en tout cas, j’adopte le doute cartésien de Saint Thomas : voir avant de croire. Mais il est inutile d’attendre quelque chose qui ne verra jamais le jour.

C’est seulement maintenant que Deby se rend compte des attentes de la jeunesse !

Je vous rappelle sa promesse dans son discours d’investiture: «jeunesse tchadienne je mesure pleinement l’ampleur de vos attentes, je comprends les angoisses et les incertitudes qui vous habitent et j’ai conscience de vos espoirs déçus». En toute honnêteté ce discours est trop vrai pour être réalisable par Deby. Mieux, l’analyse de ce discours révèle que c’est seulement cette année, 2016, après 26 ans que le président se rend compte de vos attentes. C’est seulement maintenant que le président sait que l’espoir de la jeunesse s’est évanoui : « j’ai conscience de vos espoirs déçus». Où était-il donc pour ne pas voir l’agonie de la jeunesse ? Pour atténuer sa souffrance, la jeunesse doit se rendre à l’évidence que ses angoisses et ses incertitudes vont perdurer aussi longtemps que Deby séjournera au Palais Rose.

Deby a sacrifié l’avenir des étudiants sur l’autel de son investiture

Vous avez tous, à travers le monde entendu les cris de détresse des étudiants de 2ie transpercés le ciel demandant juste les frais de la scolarité. Plus 300 étudiants qui ont été expulsés de l’université et qui se retrouvent dans la rue sans avenir. Il leur fallait un milliard sinon moins que ce montant pour qu’ils puissent regagner le chemin de l’école mais le Sultan de Djarmaya en a décidé autrement : sacrifié l’avenir. Et pourtant, son investiture a coûté la coquette somme de 14 milliards. De quelle jeunesse Deby parle-t-il ?

Que dire des étudiants de l’université de N’Djamena, Moundou, Abéché et d’autres villes ? La jeunesse tchadienne doit sortir de sa cécité et affronter l’avenir en comptant sur elle-même. En d’autres termes, avec ce régime, l’avenir est plus que jamais incertain. L’espoir n’existe pas non plus. Les optimistes peuvent espérer mais ça sera sans succès. Cet homme-là n’est pas là pour vous garantir un meilleur avenir sinon il l’aurait fait depuis belle lurette. Sa promesse n’est que pure illusion.

Masbé NDENGAR

Tag(s) : #Tchad, #promesse, #jeunesse, #investiture, #Deby, #discours
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :