Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tchad : Oubliée par l’État,  la région du Ouaddaï fait face au drame humanitaire

La région du Ouaddaï, à l’Est du Tchad, les enjeux humanitaires y sont énormes. Le drame se joue désormais dans cette partie du pays, et c’est peu de le dire. Les besoins en nutrition, santé et sécurité alimentaire sont inestimables. Malgré la précarité de la situation, le gouvernement verse dans un silence coupable et est préoccupé plutôt par l’investiture de Deby. La population est vulnérable : elle se meurt. C’est un drame qui est en court à l’Est du pays. SOS ! En effet, moins de 30% de la population du Ouaddaï a accès à l'eau potable, près du quart souffre d'insécurité alimentaire, et la malnutrition atteint des niveaux bien au-dessus des seuils d'urgence, selon le Coordonnateur humanitaire, Stephen Tull en visite dans la région il y a quelques jours. Pendant ce temps, l’argent du pays est utilisé pour organiser des courses de chevaux, chameaux et autres bêtises dans le petit ‘’État’’. Pendant ce temps, on mobilise plus de 14 milliards pour l’investiture. Ah, la République des vampires ! Cela fait plus d’une année que les enseignants n’ont pas leur salaire. Ils ont déserté les classes. On ne peut attendre mieux lorsque le pouvoir est illimité entre les mains des gens frappés à la fois d’inconscience et d’insouciance. Voici les faits en cinq actes.

La malnutrition sévère dépasse le seuil d'urgence. A défaut du gouvernement souciant de sa population, nous implorons la miséricorde de Dieu. Si rien n’est fait pour secours le Ouaddaï alors cette région du pays risque de se transformer en terre de conspiration de drame. En effet, le taux de malnutrition aigüe sévère atteint désormais 4,1% dans le Ouaddaï, soit le troisième taux le plus élevé du pays, au-dessus du seuil d'urgence de 2%.

Que de dire de l’éducation ? Catastrophique et les statistiques parlent d’elles mêmes : 9% des écoles ont fermé cette année 2016 du fait de la grève des enseignants communautaires, non payés depuis plus d'un an. On compte seulement 1 enseignant formé pour 159 élèves. C’est ça le Tchad émergent ! C’est l’école de la Renaissance ! Que vous voulez d’autres ?

La santé n’est pas en reste. La situation est vraiment préoccupante. Les détracteurs de la Républiques n’ont mis à la disposition de la région de Ouaddaï qu’un 1 médecin qualifié pour 78 000 habitants. Si vous voulez mourir alors mourrez ; ce n’est pas leur problème car eux, leurs enfants et leurs femmes, bref leur famille ne soigne jamais dans nos hôpitaux. L’argent du pays est assez colossal pour des évacuations sanitaires à Val de Grâce en France.

Le manque de voies d’accès. Le comble est que l’accessibilité devient une affaire sur le mollet de serpent du fait de manque de voies d’accès.

La fuite des investisseurs. Tout cela est de nature à ne pas encourager les investisseurs. Ceux qui y sont déjà installés se retirent progressivement et prématurément. Le laxisme de l’État dans la prise en charge va inévitablement sombrer cette région dans le chaos humanitaire. Et ce, le gouvernement en assumera l’entière responsabilité devant le peuple et devant l’histoire. Vivement que le Ouaddaï sorte de cette crise prolongée !

Tag(s) : #Tchad, #Ouaddai, #drame humanitaire, #malnutrition, #Etat
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :