Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des militaires arrêtés, chicotés, embastillés, torturés, humiliés et emprisonnés : Saleh Kebzabo dénonce la situation

Saleh Kebzabo a bien voulu garder le silence mais il n’en peut pas ! il faut qu’il s’exprime. Il fustige et dénonce avec force le tort que les militaires ont subi lors du scrutin du 10 avril 2016. Ces derniers ont voté le 9 avril et selon Kebzabo, ils ont été obligés à voter pour le candidat Deby. « Des dizaines de militaires ont été arrêtés, chicotés, embastillés, torturés, humiliés et emprisonnés », relate Saleh Kebzabo. Il a souligné également le cas d’un militaire disparu parce que ce dernier aurait refusé de voter selon les consignes donnés : « voter Deby ». Kebzabo craint fort que le pays ne sombre une fois encore dans le chaos : «Notre pays va encore souffrir dans sa chair, par le fait d'un homme qui s'accroche au pouvoir et refuse le verdict des urnes ». Voici l’intégralité du message de Saleh Kebzabo.

Mes chers compatriotes.

Je souhaitais garder silence jusqu'à la semaine prochaine. Mais, j'ai décidé de rompre le silence, car ce que Déby a fait à l'occasion du vote des militaires est inacceptable, inhumain, insupportable et horrible.

Je ne parlerai pas du vote lui-même, mais des conséquences subies par les militaires qui ont bravé les ordres et ont refusé de voter Déby. Mal leur en a pris car ils l'ont payé, pour certains au prix de leur vie.

Des dizaines de militaires ont été arrêtés, chicotés, embastillés, torturés, humiliés et emprisonnés. C'est à cette occasion que nous avons appris la confirmation d'une prison dans l'enceinte de la Présidence de la République.

J'ai été révolté ce matin en apprenant la découverte d'un militaire disparu depuis le 9 avril, jour du vote des militaires. Car je me sens coupable d'avoir incité les Tchadiens à aller voter, vu les avancées démocratiques et le contexte international. Mais c'était sans compter avec la soif du pouvoir que Deby veut garder à tout prix. Au prix du sang qu'il compte faire couler les jours qui viennent.

N'Djaména a été encerclée par des troupes de la garde présidentielle dont d'autres ont été déployées à l'intérieur, surtout au sud du pays. Notre pays va encore souffrir dans sa chair, par le fait d'un homme qui s'accroche au pouvoir et refuse le verdict des urnes.
Pauvre Tchad.

Je vous invite donc à demeurer serein et vigilants, car cette fois ci, le peuple tchadien a arraché sa liberté, en Votant massivement contre le Potentat Déby. La victoire est à nous.

Saleh Kebzabo

Tag(s) : #opposition, #saleh Kebzabo, #élection présidentielle
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :