Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ATTENTE DES RESULTATS DE LA PRÉSIDENTIELLE AU TCHAD : Le faux suspense

Le Tchad retient son souffle. Car le ton monte à mesure qu’approche le moment tant attendu qu’est la publication des résultats provisoires globaux de la présidentielle du 10 avril dernier. En effet, alors que pour l’opposition, « le recours à un second tour est inévitable pour départager les 13 candidats en lice », le parti au pouvoir parle de la réélection de son mentor dès le premier tour. Mieux, deux militants du Mouvement patriotique du salut (MPS), parti du président Idriss Deby Itno, avaient, dès le 19 avril dernier, installé des podiums et des chaises à la Place de la Nation pour, disaient-ils, célébrer la victoire de leur candidat. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’étant refusée à toute déclaration, les deux saltimbanques ont dû finalement ranger leurs chaises et sont rentrés chez eux dans l’espoir que les résultats seront proclamés incessamment en faveur du maître de N’Djamena. C’est la preuve que tous les ingrédients sont réunis pour que ces résultats qui cristallisent toutes les attentions, fassent l’objet de contestation d’autant plus qu’avant même leur publication, ils exacerbent déjà les tensions. Et sauf tremblement de terre, tout porte à croire que Deby empoignera sa chose. Car il a tout à perdre en cas de second tour, le contexte national lui étant complètement défavorable.

Les dés sont déjà pipés

En témoigne cette affaire non encore élucidée de soldats disparus pour avoir, dit-on, voté pour les candidats de l’opposition. A cela s’ajoute l’arrestation de plusieurs personnalités de la société civile dont le seul tort est d’avoir manifesté contre une nouvelle candidature de Deby à la présidentielle du 10 avril dernier. Toute chose qui avait provoqué l’ire des syndicats qui en avaient appelé à une grève sèche et illimitée sur toute l’étendue du territoire. Pour toutes ces raisons, Deby ne prendra pas le risque de concéder un second tour, surtout que 10 de ses 12 adversaires en lice, ont décidé de se liguer pour soutenir le candidat de l’opposition qui aura obtenu le plus grand nombre de voix au premier tour. Et cette longue attente des résultats est la preuve que les dés sont déjà pipés. Deby est en train de fabriquer ses résultats en tenant compte de certaines réalités sociopolitiques du Tchad, notamment le vote communautaire. C’est une stratégie bien connue des dictateurs qui, convaincus que les scores à la soviétique frisent le ridicule, s’arrangent pour ne pas rendre publics des chiffres qui heurteront la conscience de l’opinion nationale et internationale. En tout cas, dans le cas d’espèce du Tchad, on a envie de dire que l’opposition s’est fait prendre à son propre piège. En effet, elle aurait pu, dès le premier tour, aller en rangs serrés ; car, comme le dit l’adage, « l’union fait la force ». Au lieu de cela, chaque candidat a fait le choix d’être tête de souris et non queue d’éléphant.

B.O, Journal Le Pays

Tag(s) : #élection présidentielle, #résultat, #Tchad;Deby
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :