Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Affaire  étudiants de 2ie : au bord d’une crise diplomatique entre le Tchad et le Burkina Faso ?

Les étudiants tchadiens boursiers de l’État de l’Institut international de l’ingénierie, de l’eau et de l’environnement (2IE) de Ouagadougou au Burkina Faso sont expulsés des cours et de la cité universitaire. Ne chassant plus où donner de la tête, ils ont décidé de camper à leur ambassade. Ils y sont depuis le 14 mars 2016. Le temps passe et N’Djamena garde le silence malgré les dures conditions dans lesquelles ces étudiants vivent. Ces derniers, pour se faire entendre donnent de la voix à travers les médias. Timidement, le gouvernement tchadien a envoyé une délégation pour résoudre la crise mais que de la déception. Cette délégation n’a pas trouvé mieux que de traiter les étudiants d’opposants et d’activistes. Dès lors, elle a rompu le dialogue avec les étudiants. Le statut quo règne à nouveau.

Il faut dire que la « prise d’otage » de l’enclave diplomatique n’est pas du gout des responsables de l’ambassade qui ont toujours usé de la force pour déloger les étudiants. On se rappelle que l’ambassadeur himself a donné l’ordre aux gendarmes qui assurent la sécurité de l’ambassade de ne pas laisser les étudiants rentrer avec de la nourriture au sein de l’ambassade, empêchant ainsi à ceux qui sont dans l’enceinte de l’ambassade de s’alimenter. Pour témoigner de ce traitement inhumain, les étudiants ont abandonné les grosses assiettes contenant les repas au portail.

La détermination des étudiants à aller jusqu’au bout de leur lutte ne suscite pas de débats. Ainsi, selon les informations concordantes, l’ambassadeur aurait demandé aux autorités de déloger les étudiants par la force, laquelle demande a été rejetée par les autorités. Ce dernier aurait claqué la porte du Ministre des affaires étrangères.

Les appels de l’ambassadeur invitant les étudiants à quitter l’ambassade sans délais ne tarissent pas sinon, à défaut il utilisera la force s’il le faut. Vaine intimidation !

Le 1er conseillé aurait signifié aux étudiants : « gardez définitivement cette ambassade. Nous n'en voulons plus ». Depuis ce temps, l’ambassadeur travaillerait à son domicile. Il y a une forte crainte que cette ambassade soit abandonnée vu que les autorités doivent presque 10 mois de loyers au bailleur de la villa. Vu encore que les élections sont prévues pour le 10 avril 2016 et Deby, en âme et conscience sait qu’il a perdu désormais l’électorat constitué par les étudiants, il n’hésitera pas à mettre la clé au paillasson pour éviter que l’opposition rafle ces voix. Ce qui renforce davantage notre crainte d’une éventuelle fermeture des locaux de l’ambassade, ne ce reste ce que pour un temps.

Ces derniers jours, il nous est revenu que l’ambassadeur Burkinabè au Tchad aurait été entendu par les autorités tchadiennes. Le refus du Burkina Faso de déloger mani militari les étudiants serait à l’ordre de discussion. Cela a été suivi par le rappel de l’ambassadeur tchadien au Burkina Faso par son pays. Que se passe-t-il ? Ce rappel n’est pas sans incidence. Généralement, cela met en exergue une crise diplomatique. Tout compte fait, il n’y a jamais de fumée sans feu. Vivement que le contraire prévale !

Tag(s) : #étudiants;2IE; Tchad
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :